Ells

Poubelle de connaissances, images, récits et modeste bout de vie . - mise a jour extrêmement rare -

31 août 2007

[melopée] Trois grains de riz

J’ai trouvé trois grains de riz
Je les ai donné à une petite fille rose bonbon
Elle en a glissé deux dans sa jupe
Et un dans sa bouche, pour plus tard

 

Elle a mis ses doigts dans le nez
Je suis allé dans le jardin
Il y avait une banane
Mais il n’y avait pas son bananier
J’ai cherché une deuxième fois
Et j’ai trouvé un pommier
Mais il m’a informé, [qu’il] ne fais pas dans la banane.
Le policier m’a renvoyé
Vers la troisième à gauche, le centre d’objets trouvés
Là bas ils m’ont renvoyés,
J’ai appris qu’il aurait mangé
Le jeune bébé
Alors je l’ai fait et enterré. 

Elle m’a fait un clin d’œil
Alors je lui ai appris
Que les desseins, ça fixe
Ou sourit aux petites
Le crayon s’est enfoncé dans l’œil
Et j’ai passé une couche pastel
Pour plus qu’il ne bouge
Il a cligné une dernière fois
Et c’était à moi

Les deux grains de riz étaient allongés sur mon lit
Je leur ai appris
Ce n’était pas encore la nuit
J’ai voulu changer
Le programme était bloqué, il a été supprimé

Le grain de riz est entré dans le distributeur monnaie
Le code a été entré, c’était la date
De mon enterrement, trente zéro janvier
J’ai pris les desseins d’identité
Il parait que ça rend mauvais
J’ai brûlé ceux de Franklin
J’en ai tapissé qui pointait New york
Et j’ai tué ma femme
Qui les voulait les décrocher 

J’ai mangé un sandwich dans un cinéma
Et j’ai laissé un pourboire dans la rue
A celui qui aurait bien voulu le finir
Car personne d’autre n’aurait voulu le faire
Mon ordi
Finance des guerres qui n’existent pas
Il parait que mon nouvel écran
A tué deux orphelins et avant leurs parents
Un grain riz entre le r et le t
A finit par être écrasé
Je l’es quand même mangé
Il a eu une mauvaise nouvelle de la barre espace
Je l’es pas écouté
Je suis sorti entre les lignes de maisons
Là ou il n’y avait plus de voiture
Il semble que dans cet endroit louche de passant
Quelqu’un m’a offert
Le dictionnaire de la langue des morts
Mais je ne comprends pas son alphabet
Ferme les yeux et respire
J’ai écrit un roman pour les morts
Quelqu’un m’a dit
Qu’il fallait apprendre à perdre mes émotions
A donner mes droits, A écouter mes droits
Je suis retourné
Et mon dos était encore derrière moi
Il va mal je ne peut lui parler
Un labyrinthe peut apparaître
Mais tu n’as pas de file
Juste un petit poisson qui meurt
J’ai envoyé des aquariums aux sorties
Le vent de bouche parle
D’un bananier qui cherche des amis là bas  

Elle avait cinq doigts à ces mains
Moi aussi
Ce n’était pas l’important
Tant que
Ceux-ci ne se retrouvaient pas au centre d’objet trouvé
Il parait qu’ils les mangent

Ells 30 août 2007

Posté par ells à 13:44 - écrits - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire